La Couleur de l’Aube – Agnès Marot

Informations

  • Genre : Fantasy mythiquecouleur-aube
  • Type : Roman
  • Roman publié après un cycle CoCyclics

Résumé

Depuis le ciel, on voit tout ce qui se passe dans l’univers. C’est pour cette raison que mes sœurs et moi, étoiles gardiennes de la mémoire, y sommes installées : c’est l’endroit idéal pour observer les êtres vivants.
Il y a quelques jours, j’ai remarqué qu’un monde perdait ses couleurs. Autrefois éclatant, il me paraît désormais terne. J’ai observé d’étranges mouvements à sa surface, comme si les villes avaient décidé d’y faire régner le désordre. Je crois que les habitants de ce monde sont sur le point de perdre ce qui les rend différents : leurs sentiments. Les villes s’en emparent et les manipulent pour amplifier leurs vices jusqu’à les rendre fous.

Puis j’ai vu les lumières.
Deux lumières dans lesquelles j’ai découvert la princesse au bandeau et, là-bas, caché dans l’ombre qui s’abat sur la ville, celui qui l’aime en secret.
Deux lumières qui résistent à la folie de leur monde pour retrouver leur joie de vivre.
Deux lumières vives qui brillent comme un espoir dans la nuit des hommes.
Deux lumières qui, bientôt, n’en formeront plus qu’une.

Le contact d’une main peut changer bien des choses.

L’éditeur

armada

 

L’auteur

A la fin des études qui lui révèlent les mystères de l’édition, Agnès achève en quelques mois son premier roman de fantasy mythique, La Couleur de l’aube, qui entre en cycle en août 2011. Avec sa participation aux comités de lecture de plusieurs maisons d’édition et la découverte de CoCyclics en 2010, elle dessine tranquillement son chemin dans l’univers des livres, tantôt avec sa plume et son imagination, tantôt avec le regard sévère d’une éditrice en devenir.

Entre deux mots et trois carrés de chocolat, elle participe à la vie des forums de CoCyclics et de Mille Saisons en tant que modératrice, et surtout en tant que lectrice passionnée : elle ne va nulle part sans un livre, n’habite nulle part sans une bibliothèque. Ce sont peut-être ces livres qu’elle a dévorés qui l’ont rendue fleur bleue (ou plutôt rose rouge), ou peut-être ces contes de fée en lesquels elle croit encore, à sa manière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *